Print this chapterPrint this chapter

Quelles différences entre l'anglais et le français ?

1. Le découpage du flux sonore

 
DECOUVRIR

Le mode de délimitation des mots et des phrases en français est très simple : une légère élévation de la voix en fin de mot, à la fin d'un groupe de mots et en fin de phrase.

En outre, une brève interruption du flux après une virgule (pour respirer), et une interruption plus longue après un point-virgule ou un point.

Pour en prendre conscience, relisez ces quelques lignes en faisant attention à votre prononciation. Puis relisez avec une voix d'ordinateur, en conservant d'un bout à l'autre un niveau sonore constant.

Rien de tel en anglais. L'anglais découpe le flux sonore en identifiant directement les mots et en leur attribuant aussitôt un sens.

Et il en reconnaît le sens principalement par la position de l'accent tonique dans le mot, ainsi que par la durée des sons de voyelle du mot, brefs ou longs - deux éléments non liés au sens des mots français.

Par ailleurs, alors qu'en français deux sons de voyelle situés à la fin d'un mot et au début du suivant sont presque toujours prononcés sans interruption (flux continu), l'anglais les sépare presque toujours par une microcoupure, appelée coup de glotte par les linguistes. Cette séparation contribue à l'identification des mots dans la phrase.

Exemple français : chocolat amer.
Exemples anglais : he is (h'i iz) (il est), they are (dèï ââ) (ils/elles sont), the arm (di ââm) (le bras), the eagle (di ii-guel) (l'aigle).
Une interruption similaire se retrouve, un peu moins marquée et parfois omise, avant le h aspiré du français : la hache, la hampe.